Le clavier à forme de volant qui est un volant. Enfin la sécurité routière !

On a pu lire que la limitation de vitesse à 80 k/h endormait le conducteur. Et un conducteur qui s’endort ça part dans les vaps et aussi dans le décors. Et il n’est pas rare que ça envoie aussi le conducteur et ceux qui le rencontrent ad patres.

Le Platusseur vous conseille de demander à votre femme/amie/maîtresse/maître etc etc si vous poussez des soupirs à réveiller un bœuf pendant la nuit et si vous ronflez comme un sénateur ou un escholier complètement jointé. Peut-être que vous faites des apnées du sommeil.

Mais dans tous les cas il y a une solution : s’occuper l’esprit en conduisant. Des chauffeurs routiers regardent la télévision en conduisant. J’ai vu l’installation sur un parking de St-Yrieix et la maréchaussée en a arrêté sur une de nos routes. D’autres des films porno. On peut aussi écrire des SMS, maintenant on n’est plus limité. Il faut en profiter. Il n’y a pas mieux pour rester éveiller.

Mais encore fallait-il pouvoir le faire dans le confort. Le confort est essentiel pour la sécurité routière.

Et bien, figurez-vous qu’un inventeur arédien a trouvé un truc merveilleux. La Sécurité Routière va certainement le certifier.

Il s’agit d’un volant qui porte les touches de votre clavier. Mais pas de ces trucs qui s’ajoutent sur le volant sans en suivre la forme. Non ! il s’agit d’un clavier ayant la forme d’un volant et qui est un volant. Au centre du volant vous disposez d’un touch pad (c’est de l’ingliche qu’on comprend même dans le PSY, on ne va pas faire l’insulte de vous le traduire, d’ailleurs on ne sait pas comment l’appeler en français). Pas de souris encombrante avec sa queue qui n’en finit pas. Et si vous avez un choc, merveille la souris couine avant que le ballon vous éclate à la tronche.

 

Publicités

Voici le projet des successeurs de Ahae pour Saint-Nicolas-Courbefy

Saint-Nicolas-Courbefy n’a pas eu la chance de recevoir une exposition des photos de Ahae.

Mais les successeurs de Ahae vont faire mieux. Voici leur projet qu’ils ont communiqué au Platusseur.

Il s’agit d’un temple, reproduction d’un temple de Corée du Sud.

Tout les connaisseurs de Courbefy seront d’accord. C’est quand même bien plus beau que les batisses sans style, délabrées actuelles. Pensons à ces millliers de visiteurs qui font le déplacement et tombent sur ces ruines ! pensez à la contre-publicité qu’ils font ! et on ne voit rien du paysage quand on est là-haut.

IMG_1857

IMG_1855

Le Platusseur vous offre en supplément ces vidéos, nostalgie, nostalgie ! :

Le lycée Darnet obtient le Grand Prix de la Pédagogie pour son enseignement conjoint de la chanson et des sciences naturelles

Le lycée Darnet suit scrupuleusement les consignes ministérielles. Le travail collaboratif y est quotidien. Le décloisonnement est open space. L’enseignement quantique et systémique, ludique et pédiatrique, lutin et coquin.

Une chorale dans chaque lycée. Darnet a sa chorale qui fait un tabac dans tout le PSY. Mais chanter ne serait rien si cela n’améliorait pas le niveau scientifique des élèves.

Aussi le prof de SVT (c’est le nouveau nom de Sc Nat d’antan qui faisait trop ringard) s’est accoquiné avec la prof d’art et de de technique musicale augmentée pour un projet d’établissement qui a fait l’unanimité des parents, toutes confessions confondues, y compris les adeptes du pastafarisme et de l’islamisme pakistano-progressiste-fondamentaliste.

Apprendre les sciences de la vie en chantant, génial ! Madame Montessori, Monsieur Freinet et même Madame Françoise Nyssen n’y avaient pas pensé. Peut-être que les écoles de la Calendreta et les écoles Diwann… à voir.

Mais vous voulez en savoir plus. Rien ne vaut l’enseignement par l’exemple. Voici la première chanson qui a séduit le ministre Blanquer. Un vieux de la vieille. Un sage.

Nos profs ont utilisé la technique du karaoké

 

Et cerise sur la chanson… la chanson adoucit les mœurs. Enfin #PasDeVagues

#musique #enseignement #Blanquer #paillarde #Messine #Lorient #sardine

 

Bientôt des chiottes génératrices de briques bios

L’Arédien André Pissarrote fait de la veille scientifique. L’invention d’étudiants de l’Université du Cap ne lui a pas échappé. Dédé est un startupeur de première.

http://etudiant.lefigaro.fr/article/des-etudiants-creent-la-premiere-brique-a-base-d-urine-au-monde_0ea58f14-de85-11e8-ba30-3ab75dcee0d5/?utm_medium=social_lefigaro&utm_source=Twitter#Echobox=1541167912

 » C’est une étonnante première mondiale. Des étudiants de l’université du Cap, en Afrique du Sud, ont réussi à recycler leur urine en la mélangeant à du sable et des bactéries pour fabriquer la toute première «éco-brique» de ce type. Une prouesse moins anecdotique qu’elle n’en a l’air puisqu’elle démontre les impressionnantes propriétés de «l’or liquide», notamment sa possible transformation en phosphate de calcium qui permet de cimenter le sable utilisé. »

Il faut dire que Dédé avait eu l’idée mais il n’avait pas d’université sous la main à St-Yrieix pour faire bosser des étudiants. C’est que Dédé, il fabrique des calculs. Son toubib lui a tout expliqué. Et quand on parle à Dédé ce n’est pas comme si on pissait dans un violon !

Nantes a déjà des Uritrottoirs, invention nantaise avec le petit LU, le choco BN et le jeu de foot à la nantaise.

https://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360-p/public/2017/05/23/des-urinoirs-poussent-sur-les-trottoirs-de-nantes.jpg?itok=_AM1CEhj

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/des-urinoirs-poussent-sur-les-trottoirs-de-nantes-5011422

On aura beaucoup mieux avec l’invention du Dédé. L’urinoir produira des briques. C’est quand même plus agréable à récolter que l’urine.

Et nec plus ultra, la conception de l’urinoir sera tel que les dames n’auront pas à lever la jambe. Et là nous ne pouvons en dire plus, sans dévoiler …

#urinoir #éco-brique #Nantes #SaintYrieix #LePlatusseur #uritrottoir

 

 

 

 

La fontaine de la Pissarotte à St-Yrieix va être modernisée

nouvellePissarote
Le Platusseur vous présente la photo d’artiste de la prochaine pissarotte. Espérons qu’elle n’aura pas un jet prostatique comme actuellement !
Les Arédiens sont reconnaissants à leur municipalité qui sait gérer. Elle n’a pas fait appel comme Versailles à Jeff Koons, le mec qui prend les gens pour des Koons. Vous imaginez le prix qu’il aurait fait payer ? c’est du travail que de tailler une pipe. Koons lui ne fait que de la zéphologie, il fait souffler dans des ballons, ce que fait le mec à la foire de St-Yrieix pour 1 euro.
« Jeff Koons a été en quelques mois l’artiste vivant le plus cher aux enchères avec Balloon Flower (Magenta) vendu 12 921 250 £ (soit 16 343 000  avec les frais de vente) par Christie’s à Londres le 30 juin 200813, détrôné quelques mois plus tard par Lucian Freud. L’œuvre intitulée Puppy a été vendue 29 765 000  selon Paris-Match. « 
Vous imaginez l’endettement de la ville de St-Yrieix si elle avait fait appel au Jeff.
Voici maintenant la photo qui sera culte dans quelques années :
Gardons la mémoire de St-Yrieix !
P.S. On m’écrit :
 » une fontaine près de laquelle on doit aimer glander.  » Bien vu. Je dirais même que c’est une fontaine à banturle !
#fontaine #bonneFontaine #SaintYrieix #Limousin #JeffKoons #LePlatusseur #banturle

Toussaint : il invente le Airbnb pour défunts

On sait que les cimetières sont de nos jours déserts sauf pour Toussaint. Et on sait qu’il y a maintenant de moins en moins de tombes fleuries.

On sait aussi que les concessions perpétuelles, c’est fini. On peut voir aujourd’hui plein de tombes avec un panneau indiquant que la concession est terminée.

Du coup, ça devient difficile de trouver une place. Les places sont chères.

Un Arédien Edouard Crebasson a eu une idée géniale, sociale, écologique, bienveillante, inclusive et économique. Vous avez un caveau de famille. Il n’est pas plein comme un œuf.

 

Alors pourquoi stériliser cette place vide. Il faut la faire vivre ! Louez aux défunts en recherche de place.

Si vous ne voulez qu’une place pour vos cendres, c’est beaucoup moins cher qu’une place pour un cercueil.

Un conseil aux Arédiens, attendez que le projet du maire d’offrir aux Arédiens un crématorium (c’est du latin, désolé. Je n’étais pas au Concile Vatican II) soit réalisé.

Et sachez que la crémation est bien plus écologique que l’inhumation.

« Les recherches, dont le périmètre est limité à la région parisienne, ont pris en compte l’ensemble du cycle de vie du service, de la prise en charge du corps jusqu’à sa décomposition. Matières premières, logistique, consommation d’énergie, déchets… Tout a été passé au crible. Et les conclusions sont particulièrement éclairantes.

L’inhumation équivaut à 3,6 crémations

Si l’on s’intéresse à la crémation, le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre (GES) est évidemment la consommation de gaz. La quantité moyenne nécessaire est de l’ordre de 42 mètres cubes. Puis viennent les crématoriums (construction et utilisation) et le cercueil (origine du bois, vernis et teintes). Ainsi, une crémation équivaut en moyenne à 3 % des émissions d’un Français sur un an. Elle produit environ 1 kilogramme de déchets à traiter car dangereux mais aussi 1 kg de déchets à valoriser comme les chutes de bois ou encore les métaux issus de prothèses par exemple.

Du côté de l’inhumation, c’est le lieu de sépulture qui pèse le plus lourd avec 88 % des émissions de CO2 totales. En effet, l’entretien des espaces verts pendant trente ans – la durée de la concession – mais surtout la construction d’un caveau et la pose d’un monument, avec du granit souvent importé, sont très énergivores. Le cercueil et la fin de concession arrivent ensuite. Une inhumation « moyenne » équivaut finalement à 3,6 crémations »

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/cremation-vs-inhumation-quel-est-le-rite-funeraire-le-plus-ecolo-144972.html

Profitez-en ! ce n’est pas encore taxé.

Edouard Crebasson est en train de tester sa plateforme sur la Toile. Le Platusseur vous en dira plus. Ne le manquez pas. Sauvons la planète.

 

#Toussaint #Airbnb #CO2

Quand notre président Macron se fait expliquer les inventions d’Alphonse Allais à Honfleur

Le Platusseur s’intéresse au PSY mais aussi autour et alentours. Il n’a donc pas manqué de suivre la visite privée de notre président de la république à Honfleur. On a pu voir notre journaliste sur les photos, accompagnant le couple présidentiel dans les rues d’Honfleur.

Le Platusseur peut vous en dire plus. Notre président est allé sur les traces d’Alphonse Allais qui fut un créateur de concepts, un brain-stormeur époustouflant, un startupeur de première catégorie et de première classe, tout en étant en même temps et parallèlement, un pharmacien de première classe.

Notre président s’est fait expliquer les inventions de l’Alphonse :

 

  • la machine à faire les fonds de tiroir
  • la machine à rendre impure l’eau potable,
  • la récupération des énergies perdues, tel le mouvement oscillatoire du bras gauche chez les troupes en marche
  • le recyclage des vieux confetti
  • le coton noir pour les oreilles des personnes en deuil
  • la casserole carrée pour empêcher le lait de tourner
  • l’aquarium en verre dépoli pour poisson timide
  • les balayeuses municipales à papier buvard pour assécher les rues après la pluie

Un appel à starteup va être lancé afin d’implanter ces inventions, les industrialiser, les commercialiser après un dépôt de brevet international.

#Macron #Honfleur #Allais #AlphonseAllais

 

 

On a retrouvé les cheveux d’Antoine en dégageant la Tour du Plô à St-Yrieix

 

Tout le monde se demandait où étaient passés les cheveux d’Antoine. Car comme tous les Soixante-Huitards, l’Antoine, il a suivi la mode. Il a même fait dans la société de consommation, tant honnie dans le discours en mai 68. Et pire dans la pub. Pardonnons-lui il ne fit ni la propagande pour la Révolution culturelle mao (ben, il ne sortait que de Centrale, par de Normal Sup !) ni pour les Polpotiens.

Mais revenons à ses cheveux. Tout le monde (car tout le monde a suivi la carrière d’Antoine) avait remarqué qu’il était revenu chez sa mère, cheveux coupés. Un bon fils le Toine, bon Toinou.

Le Platusseur a rencontré l’employé municipal qui a trouvé l’enveloppe à la marque du coiffeur Michel. Elle contenait las gandalhas, las tiflas de l’Antoine. Elle était dans un trou du mur de la maison qu’on vient de détruire à St-Yrieix pour dégager la Tour du Plô. Monsieur le maire a décidé que les cheveux qu’elle contenait seraient exposés dans le musée de la Tour du Plô. « Oc plan ! » ont dit certains vieux ronchons dans leur langage rustique. « O plo !  » (1). Certains ont dit que c’était tiré par les cheveux. Toujours à critiquer !

Ce sera un musée au poil ! certes 3 poils du cul de Proserpine comparés aux cheveux de l’Antoine…

Visitez le musée d’Athènes, (bis)
Vous y verrez-rez-rez, bien conservés (bis)
Ohé ! Ohé !

 

IMG_20180925_114359

Mais comment cette enveloppe est arrivée jusqu’à St-Yrieix ? Le Platusseur a pensé à un piaunier, ces marchands de cheveux qui les achetait et les revendait. Peut-être que Michel avait fait l’acquisition des cheveux de l’Antoine. On a mis à contribution les professeur(e)s (on fait dans l’inclusif au Platu !) du lycée Darnet. On vous tiendra au courant. Et on a vu un journaliste du Popu trainer dans le coin. Le Popu veut doubler le Platu. On n’est pas contre la concurrence surtout dans la Presse où la tendance est plutôt au monopole capitaliste libéral et cie comme aurait dit notre Marchais qui nous manque bien à la télé.

 

 

 

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Limousin_(dialecte)

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2017/01/27/je-me-souviens-de-o-plo/

On a trouvé 3 kilos de boudins aux châtaignes sur une tombe à St-Yrieix : oubli ou offrande ?

Les services municipaux se posent la question. Habituellement, pour la Toussaint, on met des fleurs. Mais comme il s’agit d’une tombe sans signes extérieurs de religion, on se demande si ce n’est pas par exemple une offrande bouddhiste. On sait qu’à Sainte-Marie à La Coquille se trouve un monastère Zen.

Or regardez bien  la calligraphie de l’enso (en japonais, « cercle ») symbolise, dans le bouddhisme zen, la vacuité ou la pratique et l’éveil qui sans cesse se renouvellent (dokan, « anneau de la Voie »). Ce symbole est issu du wuwei du taoïsme.

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=551770

Il fait immédiatement penser à du boudin.

Les services municipaux arédiens n’ont pas fait comme l’âne de Buridan. Ils ont finalement décidé de se manger ces boudins. On ne peut laisser perdre la marchandise. Et la ville n’a pas trouvé de moines boudhistes disponibles.

La ville de St-Yrieix interdit les pets sur le domaine public

https://fr.wiktionary.org/wiki/pet

 

Car à quoi sert de défiler avec des pancartes pour sauver la terre ! alors qu’on bouffe à s’en faire péter la ventrière, qu’on roule dans des engins gazeux et qu’on pète en regardant soupçonneux les pauvres Limousines qui fertilisent nos prés naturellement !

 

La ville de St-Yrieix va distribuer des pétomètres  à la population. La police municipale disposera des mêmes appareils de mesure. Il reste à fixer la mesure qui déclenchera la Pet Vé. Le Platusseur ne manquera pas de vous informer. Mais dès à présent, sachez que la mesure ne sera pas celle de décibels.

 » 99 % de ces gaz sont inodores, les 1 % restant responsables de l’odeur des pets sont trois gaz sulfurés (le sulfure d’hydrogène dont la concentration dans les flatulences de l’homme vont de 1 à 3 ppm, le méthanethiol et le sulfure de diméthyle)3.

En moyenne, une personne libère par jour de 0,5 à 2 L de gaz, en 12 à 25 occasions « 

Une appli pour smart et i phones est en cours de développement par une start-up arédienne. Elle permettra de suivre ses occasions de pet et ainsi de programmer ses sorties sur le domaine public.

 

Il est évident que les batailles de pets sont formellement interdites !

La célèbre bataille de pets, une fresque japonaise du XIXe siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/He-gassen

« Le He-gassen (屁合戦?, concours de pets ou bataille de pets) est une œuvre d’art japonaise qui se présente sous forme de rouleau. Elle a été créée au cours de l’époque d’Edo par un artiste inconnu. Le parchemin a été numérisé par la bibliothèque de l’Université Waseda. Ce rouleau et d’autres similaires ont été créés en réponse à l’augmentation croissante du nombre d’Européens au Japon pendant l’ère Edo. L’emaki représente des personnages, la plupart masculins, dans divers états de dénuement, pétant en direction d’autres personnes, d’animaux et autres objets. La métaphore est probablement une référence à la xénophobie rampante du shogunat Tokugawa1.  »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_intestinal

Le Limousin sera la réserve écologique française ! ça va plaire aux marcheurs des villes !