Le gratte-merde connecté

Aujourd’hui c’est rubrique High Tech sur Le Platusseur.

Nous vous présentons un projet pour lequel son auteur recherche un financement participatif, collaboratif (ceux qui en sont encore à 39-45, peuvent passer leur chemin), roboratif, performatif, lucratif…

Un brevet SGDG (le gouvernement n’a pas été foutu de donner sa garantie !) a été déposé urbi et orbi. Et ce n’est pas donné les services de l’INPI.

On vous a fait patienter. Vous voulez connaître ce projet sans avoir à payer une consultation de la base des brevets. Le Platusseur est là.

Il s’agit d’une brosse à merde. Chaussures aux pieds, vous les posez sur la brosse. Celle-ci vous débarrasse en quelques secondes des merdes collées sur les semelles. Un spray désinfecte ensuite vos chaussures et les parfume. Un parfum garanti bio. Et vous avez pendant ce temps droit à cette délicieuse chanson :

Vous me direz qu’à part le spray, le parfum et la musique, nihil nuevi sub sole !

Détrompez-vous. La merde n’est pas perdue. Elle ne se répand pas sur la chaussée. Elle est récupérée. Et une puce électronique (1) dotée de capteurs intelligents annonce à une centrale quand le bac à merde atteint la limite à ne pas dépasser.

La merde est aussitôt transportée dans un petit jardin.

Bien sûr, le gratte-merde peut être installé ailleurs que dans le Bassin Parisien.

Les ingénieurs nantais qui ont conçu l’Uritrottoir (R) sont les parrains de ce projet.

http://uritrottoir.com/

(1) Nous étions en discussion avec Gemalto, l’ancienne Gemplus de Gemenos. Mais Thales nous a doublé.

« L’entreprise française Gemplus, fondée en 1988 et spécialiste mondiale de la fabrication de cartes à puce, devient en 2000 Gemplus International après le transfert de son siège social à Luxembourg, réalisé à la suite de la prise de contrôle controversée de son actionnaire Texas Pacific Group, fortement soupçonné d’opérer pour le compte des services secrets américains »

« En février 2015, des documents de la NSA et du GCHQ fournis par Edward Snowden au site d’information The Intercept révèlent que les réseaux informatiques de Gemalto ont été la cible d’un piratage d’envergure mondiale accompli par le « Mobile Handset Exploitation Team » (MHET), une unité commune à ces deux services de renseignement. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gemalto

Courrier des lecteurs du Platusseur :

 » Une amélioration véritablement high tech a été déjà apportée à ton gratte merde connecté. Ses concepteurs le nomment « gratadour » ce qui n’est pas pour déplaire à nos oreilles occitanes.
Il s’agit d’y implanter une puce supplémentaire qui va en un rien de temps, le temps de gratter soigneusement en fait, analyser l’adn contenu dans les crottes. On imagine tout de suite la capacité à rétorsion envers des maitres de chiens dont les adn seront stockés dans la banque de données logée dans le gratadour. Mais la possibilité va bien plus loin. Les concepteurs ont calculé que 12,41 % des matières organiques véhiculées par les godasses, dire pompes serait, tu le comprendras, plus approprié, seraient de source humaine. On pense bien sur aux mollards mais les pollutions biologiques humaines vont bien au delà et les humains larguent à chaque instant, volens-nolens, des résidus biologiques ( cheveux, micro gouttelettes de transpiration, résidus de desquamation etc… Ceux ci seront décryptés par la puce ADN qui bien sur détectera quand il y a ADN humain. Les possibilités sont multiples. Je n’insiste pas sur les avantages pour la maréchaussée mais on aurait tort de s’y cantonner. En fait ce sera un formidable outils de convivialité. Vous retrouverez dans vos lieux de passage des apparentés perdus de vue ou inconnus, les enfants adultérins de vos parents, les vôtres. Mais encore plus fort : des chercheurs du MIT HE ont découvert qu’il y avait pour la conjugalité des ADN « complémentaires » susceptible de donner des unions particulièrement compatibles : intérêts, libido, appétence culturelle etc. Ainsi les gratadours deviendraient les marieuses les plus efficaces des années 2020. Je dois à la vérité de préciser que les chercheurs du MIT HE ont mis en évidence que les compatibilités mises au jour pouvaient être valides non seulement pour une conjugalité longue mais également pour des expériences plus éphémères.

Attendez vous à apprendre. »

 

Publicités

L’appli « Anticrash » qui vous permet d’éviter les merdes, vélos, voitures et piétons quand vous pianotez sur votre smart-phone

Que voulez-vous ? on n’y peut rien. Le maire de St-Yrieix a beau mettre des affiches, des sacs à crottes, les crottes de chiens (les chats, eux, vont foutre la merde dans les jardins !, des merdes bien puantes, merci les conserves nouvelle génération) continuent d’égailler les rues, chemins (ah le chemin des bords du Couchou !) et places et placettes arédiennes.

Cela nous a donné une idée. Maintenant, toute solution à un problème passe par le « numérique ». Nos élus, nos ministres nous le répètent. Il faut le répéter car la population n’écoute rien. Il faut même se déplacer à Cahors avec la moitié de ceux qui nous gouvernent.

Alors nous avons cogité et déposé le brevet de l’ Appli AntiCash (TM) (C). Un brevet international.  On ne va pas se faire avoir.

Avec l’AppliCash sur votre smart, i, machin, phone, vous pourrez continuer à pianoter sur votre organe de mobilité tout en marchant en ville. L’appli vous alertera quand votre pied approchera une merde. Vous pourrez même, si vous êtes superstitieux (on peut être superstitieux tout en étant 3.0) vous pourrez annuler les alertes dans les cas où c’est le pied gauche qui va écraser la merde.

Il n’y a pas que les crash merdes en ville. Il y a, figurez-vous, des bipèdes aussi branchés que vous. Les autres, bof…

L’appli vous alertera en cas de crash imminent, si vous ne changez pas de trajectoire, avec un piéton ou une piétonne (j’espère qu’avec l’écriture genrée on maintiendra le paiement des écrivains au mot), un cycliste ou une cycliste, un automobiliste ou une automobiliste, un pétaradeu ou une pétaradeuse.

 

Et c’est ainsi qu’Allah continuera à grandir.

Sauvons la planète, réhabilitons le pot de chambre

L’hiver approche. On s’en est aperçu ce matin. Et avec lui, la consommation d’énergie va augmenter. On ne pourra guère compter sur le solaire. Quant au vent, il est capricieux. Et nos retenues d’eau sont en train petit à petit de se transformer en grandes plaines alluviales.

Alors une équipe de recherche de l’Université de Limoges, après une étude de milliers de publications scientifiques, a constaté le nombre très important de personnes se levant la nuit pour aller aux cabinets. Et avec le vieillissement de la population ce nombre augmente plus vite que celui de la natalité.

Or alors qu’il est recommandé d’avoir une température pas trop élevée dans la chambre à coucher afin d’avoir un sommeil réparateur, les gens conservent une température bien plus élevée afin de ne pas avoir froid en allant aux cabinets pendant la nuit.

Dans un article publié ce mois-ci dans la revue Annals of the New England Academy of Sciences nos chercheurs limousins en concluent qu’il faut réhabiliter le pot de chambre.

Et, un clin d’œil aux Limousins, ils posent la question « pourquoi pas en porcelaine ? » car la porcelaine est particulièrement hygiénique, pas comme le plastique ou la faïence. Ils font remarquer qu’un effet de bord non négligeable sera celui de la relance de la fabrication de tables de nuit avec leur compartiment à pot de chambre.

Le Platusseur tiendra les lecteurs au courant des suites de cet article qui, nous a-t-on dit, est sur le bureau du Président du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine.

Les éboueurs sont désormais nommés « opérateurs écologiques »

La ville de St-Yrieix se devait d’appliquer la Cop 21. Le retour des goujons dans la Loue au Pont Las Bordas ce n’est pas pour demain. Alors il a fallu prendre une mesure pleine de sens et de bon sens. Dorénavant, les éboueurs seront appelés dans le PSY « Opérateurs écologiques ».

Certains ont critiqué. Ils considèrent que ça n’est pas assez hype. Que c’est has been. Il faudrait un terme ingliche. D’aucuns ont proposé Ecolo helpers. Mais ça n’a pas plu à des Macroniens.

Au conseil municipal on n’avait pas encore d’agrégé en Occitan. On n’a pu lui demander son avis.

Le « Récup’pet », la proposition d’un lecteur du Platusseur

https://leplatusseur.wordpress.com/2017/01/03/la-region-nouvelle-aquitaine-soutient-la-recherche-sur-le-recuppet/

En fait, pourquoi toujours commencer par les animaux ?
Installer une petite canule discrète et confortable dans le fondement humain apporterait bien des avantages, particulièrement la suppressions des odeurs non conviviales.
La musique pourrait être supprimée ou au contraire magnifiée.
Avec la mode retrouvée des topinambours cela devient totalement d’actualité.
Je pense que, comprenant l’utilité de ce dispositif, les humains seraient plus faciles à équiper que les bovins. La récupération quotidienne de gaz inflammables serait certes peu importante mais le cumul annuel deviendrait tout à fait significatif et sans doute permettrait-il de faire fonctionner une voiture pour les grandes vacances.
J’imagine aussi assez bien les couples d’amoureux s’équiper ainsi pour préparer l’avenir tout en veillant à celui de la planète. C’est dans de tels projets que prendrait tout sons sens l’expression déclarer sa flamme.

Le déparleur

La Région Nouvelle Aquitaine soutient la recherche sur le « Recup’pet »

Il en va de la sauvegarde d’une grande partie de la région ex APOIL, celle où l’élevage est prépondérant. Et aussi la sauvegarde de la race bovine limousine connue dans le monde entier. Allait-elle subir le sort de la langue limousine et plus généralement des diverses variantes de la langue occitane ? La région APOIL (à part une partie des Charentes-Poitou) a déjà subi la honte de voir une partie de l’Occitanie s’approprier le terme « Occitanie ». Il était temps de réagir.

L’Assemblée Régionale de Nouvelle Aquitaine, tonton, tontaine et tonton, a décidé de lancer un appel à projet. Il s’agit de trouver un dispositif pour récupérer les pets des bovins. Le nom du projet « Récup’pet ».

Rien de plus sérieux. Et rien de plus difficile. Il s’agit de récupérer les pets et non les bouses ! et quand on sait que le pet vient souvent avec la bouse.

Des travaux ont déjà eu lieu sur le sujet. Le procédé proposé est intrusif. La Région craint les réactions des défenseurs des animaux.

http://citizenpost.fr/2013/10/chercheurs-transforment-les-flatulences-vaches-en-biocarburant/

« Les chercheurs ont mis au point un appareil – le digesteur – qui pompe directement le gaz digestif dans la panse de l’animal grâce à un système de canules. « La quantité de gaz collecté varie en fonction de la nourriture ingérée et de la taille de l’animal : une vache adulte émet environ 1200 litres de gaz par jour, dont 250 à 300 litres sont du méthane » ajoute Guillermo.

Les flatulences sont stockées dans un réservoir en plastique attaché le dos des bovins avant d’être recueillies. Le méthane est alors séparé des autres gaz et comprimé. »

D’aucuns proposent de garder les bovins dans des lieux fermés où l’on récupérerait les pets. Le Platusseur et ses lecteurs s’opposeront à une telle extrémité. D’ailleurs cela est dangereux.

La preuve, ce qui s’est passé en Allemagne :

« Les flatulences de 90 vaches ont provoqué une explosion dans leur étable, à Rasdorf (centre de l’Allemagne), endommageant le toit du bâtiment, a rapporté hier la police locale.

Enfermés dans cet «endroit probablement insuffisamment aéré», les ruminants ont produit du méthane qui s’est enflammé «vraisemblablement en raison d’une décharge électrostatique», a précisé un porte-parole de la police à l’AFP. »

 

Le Platusseur peut vous annoncer qu’un autre projet va être lancé. Il s’agira de proposer une modification de la nourriture des bovins pour diminuer les émissions. L’ail est une solution. Semer de l’ail dans les prés.

Ma grand-mère était une grande scientifique. Elle ne manquait pas de faire des frottes.

La Région Nouvelle-Aquitaine envisage aussi une recherche commune avec la Région Bretagne. En effet, les algues permettent de limiter l’émission de méthane.

http://ecoquebecinfo.com/algues-permettent-deliminer-methane-pets-de-vaches/

« Un agriculteur de l’Île-du-Prince-Édouard a participé à une recherche qui a mené à la découverte d’un moyen inusité de lutter contre les changements climatiques. Il s’agit d’un mélange d’algues servi aux vaches et qui élimine pratiquement le méthane de leurs rots et de leurs pets.Un agriculteur de l’Île-du-Prince-Édouard a participé à une recherche qui a mené à la découverte d’un moyen inusité de lutter contre les changements climatiques. Il s’agit d’un mélange d’algues servi aux vaches et qui élimine pratiquement le méthane de leurs rots et de leurs pets. »

La Région n’envisage pas des solutions comme :

« À moins de greffer des estomacs de kangourou dans les vaches, le kangourou étant l’un des rares, voire le seul animal, qui rumine sans produire de méthane grâce à une bactérie qui lui est propre »

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat-les-pets-de-vaches-ne-sont-pas-un-probleme-leurs-rots-si_15562

On en reparlera car il n’y a pas que les pets, il y a aussi les rots.

Et souvenez-vous de cette pensée de Victor Hugo :

« Mieux vaut un pet sonore qui sort avec fracas qu’une vesse puante qui se répand tout bas. »

Comme on dit de nos jours, le pet « fait société »

 

Pisser debout ou assis ? Question sociétale ou technologique ?

Le Platusseur qui ne vit que pour le confort intellectuel et physique de ses lecteurs fait de la veille technologique.

Il vous a présenté les trouvailles arédiennes en matière de miction. Il veut aujourd’hui vous faire découvrir l’appareil à pisser debout sans éclabousser tous les cabinets.

http://eco-urinet.fr/

« Epargnez la cuvette et la planette ».

Quand on voit la hauteur d’eau dans les étangs du Pays de Saint-Yrieix, on ne peut qu’adopter ce produit. Et l’homme se distinguera toujours des autres animaux par sa station debout !

La technologie au service de la société.

N.B. : Le Platusseur ne touche aucun euro de la société urinet.

 

 

Un Arédien invente l’urinoir à gazon pour dames

Deux Nantes ont inventé l’Uritrottoir qui va être implanté à Paris puis à Nantes.

http://lefenetrou.blogspot.fr/2016/12/luritrottoir-une-invention-nantaise.html

Un Arédien a immédiatement noté l’injustice faite aux personnes de sexe féminin qui ne disposent pas d’urinoir adapté à leur anatomie. Pensez aux accidents que peut provoquer pour elles une tentative d’utilisation de cet objet nantais.

Il a donc déposé le brevet d’un urinoir sec qui aura l’aspect d’un morceau de gazon car ce sera un morceau de gazon. Son implantation reviendra plus cher que celle de l’Uritrottoir. En effet, il faudra enterrer le dispositif de compostage. Mais le procédé est tel que l’on pourra utiliser les mêmes appareils que ceux qui servent pour les dépôts de verre enterrés.

Les mouvements féministes ne se sont pas trompé. Ils ont salué l’invention arédienne qui donnera à la femme une liberté que notre société n’offrait jusqu’à présent qu’aux hommes et aux chiens.

Avez-vous remarqué, qu’à part le Platusseur, aucun média n’a soulevé l’injustice de l’Uritrottoir ?

Quant à l’antériorité de l’invention…Le Platusseur a publié :

 

https://leplatusseur.wordpress.com/2016/02/02/st-yrieix-autorisation-a-uriner-contre-les-reverberes-etou-les-arbres-urbains/

Ah…les inventeurs nantais lisent Le Platusseur.

L’histoire des sciences et des techniques saura reconnaître l’apport arédien.

La statue du Banturle servira de mesure des crues du Couchou à St-Yrieix

C’est lors de la visite du Président de la République François Mitterand à l’occasion des dernières inondations de Saint-Yrieix

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/04/10/inondations-de-st-yrieix-21-sept-1993/

que le projet d’une statue servant de mesure comme l’est le zouave du pont de l’Alma à Paris a vu le jour.

Suite aux inondations de la Seine et de ses affluents, le Conseil Municipal a ressorti le projet.

En fait, il a avait été enterré car on ne s’était pas entendu sur ce que devrait représenter cette statue. Il fut un temps où on pensait au Toine de Glandon. Enfin, la décision a été prise. Ce sera un banturle (1). Le banturle adore banturler devant l’eau qui coule. Il sera dans la position du pisseur. Un mannekin-piss adulte en quelque sorte. Avec le Toine de Glandon, on n’était pas loin du banturle. Banturler c’est glander.

Attendez-vous à entendre dire dans les médias : « le banturle de St-Yrieix a l’eau qui a atteint

sa bira,

son biron,

sa birona,

son liron,

sa lireta,

sa biseta,

sa pissarelat,

son viech,

sa verja,

son lusert,

sa ‘lauveta,

son pichon,

son timon,

sa tetina,

son brelon.. »

Il sera installé au débouché du tunnel du boulevard de l’Hôtel de ville. Les visiteurs de l’Office du Tourisme pourront venir l’observer.

 

(1) de l’occitan limousin « banturla » (féminin !) : flâneur, lambin, traînard, cool.

Un banturle banturle.

banturlar  :  » perdre son temps, flâner, lambiner, traînasser, vadrouiller ; se banturlar : lambiner, perdre son temps

dictionnaire d’Y. Lavalade

Il y a plus de cancers de la peau en Limousin que sur la Côte d’Azur : le voile intégral va être porté par toute la population

Si vous allez au Vietnam, vous constaterez que les femmes sont voilées. Surtout les paysannes. Pourquoi ? parce que le teint foncé trahit une vie dans les rizières. Et que les hommes ne veulent pas épouser des paysannes. Idem pour les Chinois qui viennent au Vietnam chercher des femmes que la politique de l’enfant unique a fait disparaître en Chine.

On ne nous dit pas en France si le taux de cancers de la peau est inférieur chez les paysans à ce qu’il est chez les paysannes.

Mais on nous a dit cette semaine que le taux de cancer de la peau est plus élevé en Limousin, en Bretagne que sur la Côte d’Azur. Une des raisons est que dans les deux premières régions, on ne se méfie pas du soleil et qu’on ne sait pas que les rayons ultra-violets passent à travers les nuages. Aussi ne se protège-t-on pas.

Oui mais diront des anciens Arédiens, dans le temps il n’y avait pas autant de cancers de la peau. C’est qu’on ne prenait pas une douche tous les jours ! Comparez la consommation d’eau par tête d’Arédien aujoud’hui à ce qu’elle était il y a 100 ans !

 

L’ALS, Agence Limousine de Santé, a pris une décision exécutoire immédiatement. Ce qui veut dire que ce n’est pas tout à fait pour demain. Toute la population devra sortir couverte.

Que des bienfaits pour le PSY (Pays de Saint-Yrieix) :

  • des tenues adéquates pour le défilé des ostensions.
  • finie la ségrégation sexuelle et ethnique, la bure pour tous
  • la burqa avec son grillage devant la figure sera interdite : ce grillage laisse passer les rayons toxiques
  • à l’école, finie la tyrannie des marques
  • relance de l’usine de confection Joyon à St-Yrieix
  • finie la querelle sur le voile à l’université
  • diminution du déficit de la Sécurité Sociale
  • relance de la ganterie à St-Junien
  • relance de l’industrie du béret, du chapeau
  • fin de l’exploitation par les vendeurs de marques des ouvriers des pays pauvres
  • on ne verra plus cette insulte à la pauvreté qu’on rencontre en Afrique, que sont chez nous les bloudjines troués aux genoux
  • économie pour les obsèques : le linceul sera l’habit quotidien
  • amélioration de la fertilité masculine, les testicules pourront s’épanouir sans être stressés par les slips moulants
  • et dessous quelle liberté ! ce n’est pas pour rien que tant de jeunes filles s’habillent en sainte vierge
  • quand on achètera un vêtement on en aura enfin pour son argent !

On pourra éviter de se voiler la face si l’on utilise de la graisse de cul-noir, ce qui est le plus efficace au monde pour arrêter les rayons nocifs. Enfin on pourra manger du cul-noir sans gaspiller le gras. Il sera récolté dans de beaux pots de porcelaine de Limoges médin St-Yrieix.