Toussaint : il invente le Airbnb pour défunts

On sait que les cimetières sont de nos jours déserts sauf pour Toussaint. Et on sait qu’il y a maintenant de moins en moins de tombes fleuries.

On sait aussi que les concessions perpétuelles, c’est fini. On peut voir aujourd’hui plein de tombes avec un panneau indiquant que la concession est terminée.

Du coup, ça devient difficile de trouver une place. Les places sont chères.

Un Arédien Edouard Crebasson a eu une idée géniale, sociale, écologique, bienveillante, inclusive et économique. Vous avez un caveau de famille. Il n’est pas plein comme un œuf.

 

Alors pourquoi stériliser cette place vide. Il faut la faire vivre ! Louez aux défunts en recherche de place.

Si vous ne voulez qu’une place pour vos cendres, c’est beaucoup moins cher qu’une place pour un cercueil.

Un conseil aux Arédiens, attendez que le projet du maire d’offrir aux Arédiens un crématorium (c’est du latin, désolé. Je n’étais pas au Concile Vatican II) soit réalisé.

Et sachez que la crémation est bien plus écologique que l’inhumation.

« Les recherches, dont le périmètre est limité à la région parisienne, ont pris en compte l’ensemble du cycle de vie du service, de la prise en charge du corps jusqu’à sa décomposition. Matières premières, logistique, consommation d’énergie, déchets… Tout a été passé au crible. Et les conclusions sont particulièrement éclairantes.

L’inhumation équivaut à 3,6 crémations

Si l’on s’intéresse à la crémation, le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre (GES) est évidemment la consommation de gaz. La quantité moyenne nécessaire est de l’ordre de 42 mètres cubes. Puis viennent les crématoriums (construction et utilisation) et le cercueil (origine du bois, vernis et teintes). Ainsi, une crémation équivaut en moyenne à 3 % des émissions d’un Français sur un an. Elle produit environ 1 kilogramme de déchets à traiter car dangereux mais aussi 1 kg de déchets à valoriser comme les chutes de bois ou encore les métaux issus de prothèses par exemple.

Du côté de l’inhumation, c’est le lieu de sépulture qui pèse le plus lourd avec 88 % des émissions de CO2 totales. En effet, l’entretien des espaces verts pendant trente ans – la durée de la concession – mais surtout la construction d’un caveau et la pose d’un monument, avec du granit souvent importé, sont très énergivores. Le cercueil et la fin de concession arrivent ensuite. Une inhumation « moyenne » équivaut finalement à 3,6 crémations »

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/cremation-vs-inhumation-quel-est-le-rite-funeraire-le-plus-ecolo-144972.html

Profitez-en ! ce n’est pas encore taxé.

Edouard Crebasson est en train de tester sa plateforme sur la Toile. Le Platusseur vous en dira plus. Ne le manquez pas. Sauvons la planète.

 

#Toussaint #Airbnb #CO2

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s