On a trouvé 3 kilos de boudins aux châtaignes sur une tombe à St-Yrieix : oubli ou offrande ?

Les services municipaux se posent la question. Habituellement, pour la Toussaint, on met des fleurs. Mais comme il s’agit d’une tombe sans signes extérieurs de religion, on se demande si ce n’est pas par exemple une offrande bouddhiste. On sait qu’à Sainte-Marie à La Coquille se trouve un monastère Zen.

Or regardez bien  la calligraphie de l’enso (en japonais, « cercle ») symbolise, dans le bouddhisme zen, la vacuité ou la pratique et l’éveil qui sans cesse se renouvellent (dokan, « anneau de la Voie »). Ce symbole est issu du wuwei du taoïsme.

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=551770

Il fait immédiatement penser à du boudin.

Les services municipaux arédiens n’ont pas fait comme l’âne de Buridan. Ils ont finalement décidé de se manger ces boudins. On ne peut laisser perdre la marchandise. Et la ville n’a pas trouvé de moines boudhistes disponibles.

Publicités

La ville de St-Yrieix interdit les pets sur le domaine public

https://fr.wiktionary.org/wiki/pet

 

Car à quoi sert de défiler avec des pancartes pour sauver la terre ! alors qu’on bouffe à s’en faire péter la ventrière, qu’on roule dans des engins gazeux et qu’on pète en regardant soupçonneux les pauvres Limousines qui fertilisent nos prés naturellement !

 

La ville de St-Yrieix va distribuer des pétomètres  à la population. La police municipale disposera des mêmes appareils de mesure. Il reste à fixer la mesure qui déclenchera la Pet Vé. Le Platusseur ne manquera pas de vous informer. Mais dès à présent, sachez que la mesure ne sera pas celle de décibels.

 » 99 % de ces gaz sont inodores, les 1 % restant responsables de l’odeur des pets sont trois gaz sulfurés (le sulfure d’hydrogène dont la concentration dans les flatulences de l’homme vont de 1 à 3 ppm, le méthanethiol et le sulfure de diméthyle)3.

En moyenne, une personne libère par jour de 0,5 à 2 L de gaz, en 12 à 25 occasions « 

Une appli pour smart et i phones est en cours de développement par une start-up arédienne. Elle permettra de suivre ses occasions de pet et ainsi de programmer ses sorties sur le domaine public.

 

Il est évident que les batailles de pets sont formellement interdites !

La célèbre bataille de pets, une fresque japonaise du XIXe siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/He-gassen

« Le He-gassen (屁合戦?, concours de pets ou bataille de pets) est une œuvre d’art japonaise qui se présente sous forme de rouleau. Elle a été créée au cours de l’époque d’Edo par un artiste inconnu. Le parchemin a été numérisé par la bibliothèque de l’Université Waseda. Ce rouleau et d’autres similaires ont été créés en réponse à l’augmentation croissante du nombre d’Européens au Japon pendant l’ère Edo. L’emaki représente des personnages, la plupart masculins, dans divers états de dénuement, pétant en direction d’autres personnes, d’animaux et autres objets. La métaphore est probablement une référence à la xénophobie rampante du shogunat Tokugawa1.  »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_intestinal

Le Limousin sera la réserve écologique française ! ça va plaire aux marcheurs des villes !

 

Manifestation à St-Yrieix contre l’interdiction de porter autre chose qu’un maillot de bain ras du cul à la piscine

On nous annonce une manifestation à St-Yrieix devant VillaSport.

Depuis qu’on sait que la ville de Rennes a autorisé le Burkini dans les piscines de Rennes, des Arédiens, des Arédiennes, mais pas que, n’acceptent plus l’interdiction de porter autre chose qu’un maillot de bain classique dans la piscine.

Ils ne veulent pas être obligés de se faire faire  » le maillot « pour fréquenter la piscine. Et sont de ce fait exclus de ce service public. Une discrimination inacceptable !

Ils réclament l’autorisation du port du burkini, du pantalon court (nommé sur la porte de VillaSport,  » short « , et du pantalon long (ils ne veulent pas s’entendre dire :  » t’as du poil au pattes, tu sais ! « ).

Y a pas plus hygiénique que le burkini. Et puis ça remplace les bouées si l’on sait entrer dans l’eau de la bonne manière.

Et ils veulent que VillaSport offre à la vente sur ses portants dans le hall, une gamme de tenues descentes, couvrantes, seyantes, élégantes, ethniques et éthiques.

Ils demandent aussi que soit fermé le site sur la Toile qui s’appelle Brukinis.

http://www.brukinis.com/

Voici quelques modèles.

http://www.nabira.fr/198-burkini

Je vais dire quelque chose d’incorrect. Mais je trouve que le barbichet serait beaucoup plus seyant dans une piscine

Le Platusseur a aussi appris que cet été il y a eu un incident au Plan d’eau. Un vacancier a cru qu’une dame était tombée à l’eau involontairement ou voulait se suicider (en effet il a considéré qu’elle était toute habillée). Il s’est porté à son secours. Il a été attaqué par le mari !

Le Platusseur réclame des cours pratiques dans les écoles afin d’éviter ce genre de malentendu. Au lieu d’enseigner Darwin ou de faire écouter de la musique. Soyons progressistes !

 

P.S. 1

Le burkini est nommé  » maillot de bain intégral islamique  » ! ben couillon ! Au Platusseur nous avons de plus en plus de mal avec le discours de nos confrères.

Et le maillot de Jésus sur la croix, comment faut-il l’appeler ?

P.S. 2

Notre confrère Siné Mensuel a publié un billet de Jackie Berroyer, dont voici un extrait : https://www.sinemensuel.com/chronique/a-la-piscine/

 » Quoi de neuf ? Eh bien, à la piscine, ils ont fini par installer une machine à essorer les maillots de bain.

C’était réclamé par les employés afin d’éviter de passer tout leur temps à manier la serpillière dans les cabines. Une conquête sociale. Je trouve que c’est très bien pour eux.  »

Voila donc la machine qui va réconcilier les gestionnaires de piscines avec les porteuses de burkini !

Le maire de St-Yrieix inaugure un bac urbain pour traverser le Couchou

La ville de St-Yrieix vient d’inaugurer un bac pour traverser le Couchou. Ce bac ne consomme aucune énergie fossile. Il n’utilise ni l’énergie solaire (et donc n’a pas gaspillé une grande quantité d’énergie pour fabriquer des panneaux solaires) ni l’énergie du vent (on sait que le vent est frivole, il va il vient, n’est pas là quand on a besoin de lui). Le bac arédien se déplace par l’énergie mécanique fournie par les personnes transportées qui tirent sur une ficelle. Une vieille technique asiatique bien connue des touristes écolos.

Un énorme gain de temps pour les Arédiens, les Britanniques, les Néerlandais, les Australiens, les Allemands, les Belges – qu’ont plus de boudin – etc qui vivent dans la région. Plus besoin de passer par le Pont-Las-Bordas ou par la rue du Pont (pardon, la rue Emile Frange, du nom du chef de musique qui habitait là du temps de ma jeunesse).

La presse nationale ne vous en a pas parlé.

Vous faites bien de lire le Platusseur !