Année Shakespeare. Révélation : derrière W. S. se cache le fils d’un gantier de St-Junien

2016 est l’année Shakespeare.

Un livre fait un tabac. Il montre que William a pompé les écrits de Montaigne. Il nous dit qu’un Italien se cache sous le nom de William Shakespeare.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/22/est-il-scandaleux-que-le-fils-d-un-gantier-anglais-puisse-bel-et-bien-etre-shakespeare_4851870_3232.html

Le spécialiste shakespearien du Platusseur peut vous faire part d’une découverte récente qui range parmi les sornettes ce qu’on a pu écrire jusqu’à présent sur William.

William Shakespeare est bien le fils d’un gantier. Mais d’un gantier de Saint-Junien. Il est bien né en avril 1564 mais pas à Stratford-upon-Avon. Il est né aux bords de la Glane. Son père, John Shakespeare, était fils de paysan,  gantier et marchand d’articles de maroquinerie, négociant de peaux et de laine prospère. Il fut Garde Suisse pour les Ostensions.

http://ostensions.free.fr/ostensions/index.php/les-suisses

 Il a appris l’anglais en jouant avec de petits Anglais dont les parents s’étaient installés en Limousin, Limousin connu d’eux par l’histoire de Richard Cœur de Lion. Ce n’est pas pour rien que les deux modèles de gants les plus vendus par Saint-Junien sont le modèle Roméo et le modèle Juliette !

http://www.icasque.com/Equipement-moto/Vetements-moto/Gants-Moto/Romeo/

Quant à la thèse défendue par le philosophe italo-canadien Lamberto Tassinari à savoir que Shakespeare est en fait John Florio, traducteur de Montaigne ( Lamberto Tassinari, John Florio alias Shakespeare (Le Bord de l’eau, 380 p.), il faut y voir une action des gantiers italiens qui veulent finir de couler l’industrie gantière limousine.

http://www.ganterie-saintjunien.fr/

Or Shakespeare connaissait bien Hermès, Hermès qui se fournit en gants à Saint-Junien. La preuve, cette citation de sa pièce Henri V, acte III scène VII :

 » When I bestride him, I soar, I am a hawk: he trots the air; the earth sings when he touches it; the basest horn of his hoof is more musical than the pipe of Hermes »

Mais Le Monde est moins bien informé que Le Platusseur.

William a connu les écrits de Michel de Montaigne. Il n’avait pas attendu la naissance de la région APOIL ! pour élargir son domaine de connaissances. C’est ainsi qu’ il a pompé Montaigne dans ses œuvres. Comme Montaigne, il parlait l’occitan. Ce qu’on ne vous dit pas au lycée.

http://occitanica.eu/omeka/items/show/4397

D’ailleurs, Le Platusseur peut aujourd’hui vous annoncer la sortie d’un ouvrage qui fera date. Tout d’abord publié aux USA – pour un amortissement du coût des recherches engagées – il le sera ensuite en France, dans une traduction de qualité. Son auteur est un natif du PSY – a native occitan and french speaker – qui montre tout l’apport de l’occitan limousin au vocabulaire et à la syntaxe shakespearienne. Il propose une véritable révolution, une nouvelle prononciation des textes de Shakespeare et une nouvelle graphie. En attendant, cessez de dire William, dîtes Guilhem !

Le Platusseur invite ses lecteurs a aller voir à Limoges l’étonnant Richard III dans son costume de porcelaine :

http://culturebox.francetvinfo.fr/theatre/richard-iii-loyaulte-me-lie-un-clown-en-porcelaine-chez-shakespeare-233

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s